Le château à travers les âges

XIe siècle Fondation du prieuré de Néronville par Dimon, « chevalier valeureux »  dont la fille Béline épouse Robert de Château-Landon. Les chartes de Néronville nous apprennent que Robert de Château-Landon possède des fiefs en alleu. 

 

Fin du XIe Les trois fils de Robert de Château-Landon sont surnommées : Aubry « le sauvage », Rainard « le beau », Robert « le Clément ». Les enfants de Robert II «  le clément » prennent le nom patronymique de « Clément ». Le domaine du Mez est déjà en sa possession.

1147 Aubry II Clément part pour la deuxième croisade en 1147. Son frère Robert III récupère ses possessions.

 

1168 Robert III Clément devient « gouverneur » du jeune roi Philippe, fils de Louis VII et d’Adèle de Champagne.

1168-1180 Période où est attribuée à Robert III la construction de la tour maîtresse du Mez : une tour résidence quadrangulaire, sur 3 niveaux, flanquée de quatre tourelles peu saillantes.

1180 Mort de Louis VII. Philippe à 15 ans. Robert III Clément assure la régence pendant 10 mois, jusqu’à sa mort en 1181.


1180 Début du règne de Philippe II.

 

1190 Philippe II confie la charge de Maréchal au fils ainé de Robert Clément, Alberic et le commandement de l’armée pour la troisième croisade en Palestine.

 

1191 Alberic est tué au siège de St Jean d’Acre. La charge de maréchal est aussitôt confiée à son frère cadet, Henri Clément.

1190-1200 C’est la décennie où Philippe II met en place des « hommes nouveau », serviteurs incorruptible de l’Etat et qui composeront son conseil pour les grandes décisions. Le chroniqueur de la « Philippide », Guillaume le Breton cite parmi eux Henri, le « petit maréchal ».

 

1195-1205 Dates estimées de la construction du château du Louvre. La construction du château du Mez est-elle contemporaine, postérieure ou antérieure au chantier du Louvre ?

 

Juin 1204 Henri Clément représente le roi Philippe  pour la réédition de Rouen, qui marque l’entrée de la Normandie dans les territoires capétiens. 

 

1205-1210 Conquête de la Normandie, de l’Anjou, de la Touraine, exploits militaires d’Henri Clément qui multiplie par tois la surface du domaine royal. Il reçoit en récompense le château d’Argentan en 1204 (château royal des Plantagenêt en France) puis la garde du château de Parthenay en 1208. Robert d’Alençon cède à Henri Clément en 1208 le fief de Sées. À partir d’Henri Clément, trois générations  de Clément seront nommés : « seigneurs d’Argentan de Sées et du Mez ».

1214 Lors de la bataille de Bouvines, Henri Clément bloque l’armée du roi d’Angleterre à la Roche aux Moines avec le prince Louis, futur Louis VIII. Il succombe d’une fièvre foudroyante quelques jours après avoir appris la victoire de Bouvines.

1225 Jean, fils d’Henri Clément et d’Ameline de Nemours, doit attendre 1225, à l’âge de 17 ans, pour reprendre la charge de Maréchal. Jean Clément participe aux financements des vitraux de la cathédrale de Chartres. Le vitrail 116 des fenêtres hautes du chœur représentent très probablement Henri Clément, recevant l’oriflamme des mains de l’évêque de St Denis. Il conservera sa charge de Maréchal jusqu’à sa mort en 1268

1240 Henri II Clément, fils de Jean et d’Aveline de Nemours, a repris la charge de Maréchal du vivant de son père. C’est lui qui, en qualité de maréchal accompagna Saint Louis dans sa première croisade en 1248  et il partagea la captivité du roi.

1258 Un Itier du Mez est cité dans une vente qui a lieu en l’« église du Mez ».

1261-1262 Un Aubry Clément est cité dans des actes de vente, il est le frère cadet d’Henri II Clément. La garde-noble du  fils ainé d’Henri II,  Henri III avait été voulue par le roi Philippe III, ce qui provoquera à la mort d’Henri II Clément.

1265 Un  procès à l’occasion de sa succession qui n’est pas encore liquidée en 1267. Henri III Clément portait le titre d’« écuyer, seigneur d’Argentan, et de Sai »  dans les chartes, il semble toutefois qu’il soit surnommé « maréchal » par tradition familiale.

 

1280 Sa femme Agnès ratifie la vente de ses domaines d’Argentan, de Chambois et de Canivet au roi de France Philippe III-le-Hardi. Il est encore vivant en 1292 où le livre de la Taille de Paris sous Philippe-le-Bel le mentionne sous le nom de « mestre Henri le Mareschal ».

1314 Adam du Mez, fils de Nicolas du Mez, probable descendant d’Itier, vend son domaine du Mez à Philippe le Bel. Le château rentre dans le domaine royal. Un séjour de Philippe-le-Bel est mentionné à Mez le Maréchal dès juillet 1313 : «Le roi offre aux cisterciennes de Nemours la dime du pain et le vin consommé par l’hôtel royal lors de ses séjours dan la « maison de Mez ».

 

1317 La terre et le château de Mez sont intégrés au douaire de la reine Clémence de Hongrie, veuve de Louis X « le Hutin » qui est mort en 1316.

 

1328 A la mort de Clémence, un inventaire du château est réalisé.

 

1329 Le château et les terres sont intégrés au douaire de la reine Jeanne de Bourgogne, femme de Philippe VI de Valois.

 

1340 A la mort de Jeanne, repris par la couronne, le château devient pour les rois de France une monnaie d’échange pour s’attacher des chefs militaires dans le jeu politique de la guerre de Cent Ans.

 

1366 Charles V échange le domaine avec Guillaume de La Haie, puis le reprend et le redonne à Louis de Malevaut en 1369.

 

1380 Le château retourne au giron royal, sa garde est confiée au vicomte de Melun.

 

1404 Le Mez est intégré au duché de Nemours que Charles VI donne à Charles III de Navarre, puis il est intégré au douaire de la reine Isabeau de Bavière.

 

1427 Seul fait d’arme connus du château : il aurait été pris par les troupes anglaises après leur retraite de Montargis.

 

1477 Louis XI octroie les seigneuries de Nemours et du Mez à l’amiral Mallet de Graville (1438-1516).

 

1505 Louis XII offre le duché de Nemours à Gaston de Foix, tué en 1512.

 

1515 François 1er offre le duché de Nemours à Philiberte de Savoie, sa tante, duchesse de Nemours, comme dot lors de son mariage avec Julien de Médicis. Elle meurt en 1524.

 

1524-1528 François 1er l’offre alors à sa mère, Louise de Savoie, qui en conserve l’usufruit jusqu’à sa mort en 1528. Anne de Pisseleu, duchesse d’Etampes, demoiselle d’honneur de Louise de Savoie, est la favorite de François 1er.

 

1533 Jacques de Savoie-Nemours hérite des propriétés de son père.

 

1570 Jacques de Savoie vend le château du Mez à Jean Chesneau des Clerbaudières.

 

1580 Jean Chesneau échange le château avec Jean Maignen d’Aillé, seigneur poitevin.

 

1620 Pierre Maingnen, son fils, religieux à N-D d’Ouville en Normandie, vend le Mez à Philibert II de Thurin, un italien attaché à la personne du roi.

 

1637 Mort de Philibert II, c’est son fils Philibert III qui en hérite. C’est le blason de la famille de Thurin qui a été reconnu sur l’église par des membres de la société archéologique de l’Orléanais en 1859.

 

1720 Vente du Mez au profit de Frédéric Guillaume de La Tremoille, prince de Talmont.

 

1731 ​Le 31 mai, vente de FG de La Tremoille au profit d’Augustine Hurault de Vibraye.

 

1764 ​Saisie du château du Mez et revente par adjudication au comte Nicolas de Rouault, seigneur d’Egreville. 

 

1784 ​Dame Justine Boucot, femme du comte Rouault, obtient la séparation de biens d’avec son mari qui dilapide sa fortune, et vend à son profit le château du Mez. Le château est acheté le 23 décembre par Antoine Guillaume Girard, marchand de bois et régisseur du domaine depuis 1764.

 

1785 ​Mort d’Antoine Guillaume Girard qui laisse deux enfants encore jeunes : Marie Anne Edmée Thérèse et Antoine Guillaume Marc Augustin dont Nicolas Joseph Girard, leur oncle, assure la tutelle.

 

1786 ​​Marie Anne Edmée Thérèse Girard (MAET) épouse Pierre Claude Louvet. Ils s’établissent d’abord au Mez, puis à Château-Landon tout en exploitant la ferme du Mez, « la ferme Louvet ».

 

1815-1829 Retour au Mez pour le couple Louvet ; exploitation forestière ; construction d’une grande longère en deux temps (avant 1814 et vers 1826-27) à la place d’une petite écurie. Après le décès de MAET en 1829, trois générations de Louvet se succèdent au Mez, le domaine est morcelé.

 

1890 Louise Henriette, fille d’Henri Louvet, avocat, épouse le docteur Georges Bertillon, frère cadet d’Alphonse, célèbre médecin criminologue. Le château entre pour trois générations dans la famille Bertillon.

 

1963 Décès de François Bertillon, fils de Georges. Sa fille unique Monique, a épousé Pierre Vincent. À partir de 1964, le couple réunifie la propriété et fait du château de Mez-le-Maréchal leur maison de campagne. 

 

2016 Monique Vincent-Bertillon vend le château à Florian Renucci.

 

Clement_Vitrail 116 Chartres2.jpg

< Vitrail 116 de la Cathédrale de Chartres.

Henri Clément, Maréchal de France est représenté recevant l’oriflamme des mains de Saint Denis.